1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Les AVC tuent plus de 31 000 personnes par an en France

 

Coût élevé

Dans l'autre étude publiée par les mêmes chercheurs, on apprend que les AVC ont entrainé l'hospitalisation de plus de 110 000 patients, en France, en 2014. Ce type d'accident a un coût financier élevé : en 2013, près de 3,5 milliards d'euros ont été remboursés par l'Assurance maladie, tous régimes confondus, au titre de sa prise en charge médicale. Les coûts indirects sont également importants pour la société, notamment lorsque l'AVC survient chez des personnes encore en activité professionnelle (un quart des patients hospitalisés en 2008 avaient moins de 65 ans). Enfin, 30 à 50 % des victimes de moins de 45 ans victimes ne peuvent pas reprendre une activité professionnelle et 10 % restent dépendants.

Dans le détail, près de 71 % des patients ont été en 2014 hospitalisés pour un AVC ischémique (artère bouchée) et 25 % pour un AVC hémorragique. Les moins de 65 ans représentaient un quart de ces malades. Pour chaque type d'AVC, le taux augmentait avec l'âge. Quel que soit le type d'AVC, les hommes étaient hospitalisés en moyenne six ans plus tôt que les femmes (70,4 vs 76,7 ans), avec un écart particulièrement important chez les patients avec un AVC ischémique (70,9 vs 77,8 ans).

Dynamique "préoccupante"

Quant à la proportion de patients traités en Unité neuro-vasculaire (UNV), elle atteignait 51,5 % pour les AVC ischémiques et 33,2 % pour les hémorragies intracérébrales. De 2008 à 2014, le taux de malades hospitalisés pour AVC ischémique a augmenté de 14,3 % chez les moins de 65 ans et baissé de 2,1 % chez les 65 ans et plus. En revanche, pour les AVC hémorragiques, il a peu évolué. Une fois encore, les auteurs notent d'importantes disparités régionales : en métropole, les taux de patients hospitalisés dans ces unités pour AVC ischémique étaient les plus élevés en Bretagne et dans les Hauts-de-France et les plus bas en Corse, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Auvergne-Rhône-Alpes.

« La dynamique de l'AVC reste préoccupante en France, dans un contexte de vieillissement de la population », concluent les chercheurs. En effet, l'incidence des patients hospitalisés pour un AVC ischémique est en hausse dans toutes les tranches d'âge avant 75 ans, avec des augmentations importantes entre 35 et 64 ans. C'est pourquoi ils tiennent à rappeler que « la prévention primaire et secondaire de cette pathologie revêt une importance d'autant plus grande que les cinq principaux facteurs de risque identifiés, qui contribuent à hauteur de 84 % au risque d'AVC, sont modifiables ». Il s'agit de l'hypertension artérielle, du tabagisme, du rapport taille-tour de hanches élevé, d'une alimentation défavorable à la santé et de la sédentarité.

PAR

 

Copyright © 2010 GPS. Tous droits réservés. Designed By PhoneWeb Mediterranée