1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Pénurie du médicament : Le Snapo tire la sonnette d’alarme

Messaoud Belambri, président national du Snapo, qui s’est exprimé hier à Alger, a interpelé les pouvoirs publics afin d’agir pour débloquer la situation. Le président du Snapo a confirmé la pénurie de 140 médicaments sur le marché national. «Quand on a été interpellé par les citoyens, aussi bien par les médias, au sujet de ce problème, on a confirmé le constat qui a été fait par tout le monde. Il y a bel et bien l’indisponibilité du médicament au niveau de l’officine», a-t-il précisé.

 

Les médicaments en rupture ne sont pas seulement ceux importés, mais aussi beaucoup de produits fabriqués localement, en l’occurrence les antibiotiques injectables qui sont fabriqués par trois producteurs en Algérie. Il a estimé, a ce titre, qu’en tant qu’organisation professionnelle, et en tant que pharmaciens d’officine, ils ont joué pleinement leur rôle de veille sanitaire. Et qu’ils signalent les produits en rupture, ou disponibles en quantité très insuffisante, au ministère de la Santé. Le même responsable a rappelé, à ce sujet, que son organisation a toujours appelé à l’instauration de véritables mécanismes de régulation qui sont capables de stabiliser le marché.

Il a précisé, également, que les facteurs qui causent ces situations de perturbation doivent être sérieusement diagnostiqués et identifiés, pour adopter des solutions adéquates pouvant assurer la disponibilité de manière régulière et continue. «Si les programmes signés actuellement ne bénéficient pas d’une procédure spéciale d’urgence d’accélération, il est sûr qu’il faut s’attendre à des complications», a-t-il ajouté. Le même responsable est revenu, par ailleurs, sur les besoins urgents des officines.

Il a insisté sur le fait que le pharmacien titulaire aurait besoin d’un pharmacien assistant. Précisant, ainsi, que ce n’est pas toutes les officines qui auront besoin d’un pharmacien assistant, mais elles seront très nombreuses. Rappelant, à ce titre, que plus de 1 200 pharmacies emploient déjà un à deux pharmaciens assistants.

Par ailleurs, une convention a été signée par le Snapo et la BDL d’Alger, dont l’objectif est de permettre aux pharmaciens de faire le suivi de leurs comptes en global, ainsi la banque soutient les pharmaciens à travers des facilités, des allègements, et surtout des tarifications préférentielles particulièrement pour les pharmaciens adhérents au Snapo. Également, une autre convention a été signée avec l’Agence nationale pour l’emploi (Anem).

Cette dernière permettra l’intégration de 450 mille demandeurs d’emploi dans les secteurs ayant rapport avec le domaine pharmaceutique, a précisé le directeur de l’Anem, Mohammed-Tahar Challal. Notons que cette 10e journée pharmaceutique nationale du Snapo a regroupé des pharmaciens d’officine de toutes les wilayas d’Algérie, et de nombreux ministères et institutions, avec la participation d’experts et d’acteurs activant dans le domaine pharmaceutique.

Il convient de souligner que les spécialistes ont parlé de l’oncologie, puisque les pharmaciens ont un rôle important à jouer dans la prise en charge des malades atteints du cancer. le Professeur Kamel Bouzid du centre Pierre-et-Marie-Curie et président de la société algérienne d’oncologie, et sa collaboratrice Dr Habaq ont défini le cadre d’intervention des pharmaciens, non seulement par la mise à disposition des malades des médicaments anticancéreux et la prise en charge de la douleur, qui leur sont nécessaires, mais aussi dans le cadre du conseil et de l’accompagnement de ces malades en ambulatoire. Rappelant, dans ce sens, le Plan anti-cancer (2015-2019) qui a été mis en place par le président de la République, dont les pharmaciens sont appelés à jouer un rôle important qui leur incombe dans la chaîne des soins.

DJedjiga Hamitouche

 

Copyright © 2010 GPS. Tous droits réservés. Designed By PhoneWeb Mediterranée